Noël 2016

Lettre Circulaire du Père Général

 

Noël 2016

“Elle enfanta son fils premier-né” (Luc 2,7)

 

 

À Tous les Membres de la Famille Hospitalière de Saint Jean de Dieu

 

Mes chers frères, collaborateurs, bénévoles et amis,

Noël approche et j’espère ardemment que l’Enfant-Dieu naisse dans le cœur de chacun d’entre nous et éclaire de sa lumière les ténèbres de notre monde où sévit tant de souffrances pour un grand nombre de personnes..

 

L’évangile de la messe de minuit nous raconte qu’arrivés à Bethléem, le moment de l’accouchement était arrivé pour Marie et qu’elle enfanta son fils premier-né. Ce fut le moment choisi par Dieu pour s’incarner, pour illuminer les ténèbres, pour naître et éveiller la vie lorsqu’elle semble assoupie et pour remplir le monde d’espérance.  Fidèle au style qui était le sien, il  a voulu naître pauvre, comme l’un des plus pauvres, loin de son village et de la maison de Marie et de Joseph. Il a choisi de naître dans une étable, dans la périphérie de Bethléem sans que les grands de ce monde en soient informés. C’est dans ce lieu ignoré de tous que Marie l’enfanta ; c’est là qu’une lumière nouvelle a éclairé la vie, que la joie des parents a éclaté malgré le froid et les ténèbres de la nuit. C’est là, que les bergers ont vibré de joie en entendant l’annonce des anges,  ainsi que tous ceux qui espéraient la venue du Sauveur et qui continuent à l’attendre.  Accueillons-le avec jubilation !, Car la grâce de Dieu s’est manifestée, source de salut pour tous les hommes (Tite, 2,11).

 

Donner le jour à un enfant ! Quelle jolie expression et quelle expérience merveilleuse qui ne cesse de se répéter. Donner la vie et la pérenniser. Le monde, la société et les parents entrevoient de nouvelles possibilités et de nouvelles espérances pour ce nouveau-né. Un petit enfant rempli la maison de joie et transforme l’existence de ses parents en leur donnant une nouvelle raison d’être. La naissance de chaque enfant, fille ou garçon, manifeste l’amour de Dieu, auteur de toute vie. Chaque nouveau-né rappelle le miracle de Noël, car ce nouveau venu est un être voulu et aimé par Dieu, un enfant de Dieu, qui, même s’il était abandonné par ses propres parents ne le sera jamais par Dieu.

Les œuvres apostoliques de l’Ordre s’occupent d’une multitude de personnes malades et vulnérables dont les besoins sont très divers. Des milliers d’enfants naissent dans beaucoup de nos œuvres. Rien que dans la ville de Rome, pour donner un exemple, plus de huit mille bébés voient le jour chaque année, dans les deux hôpitaux que l’Ordre y gère. Lorsque j’y pense et que je le constate, l’idée que nos maisons sont des lieux de joie pour tant de parents et que nous offrons un espace pour accueillir la vie nouvelle, me remplit de joie. Nos maternités ne sont en fin de compte qu’un autre Bethléem où naquit le Seigneur. Il nous incombe de veiller à ce qu’elles soient bien organisées pour que contrairement à ce que dut subir l’Enfant Jésus, les parents et les nouveau-nés soient accueillis avec l’hospitalité et l’amour que Dieu lui-même éprouve à leur endroit. 

 

Malheureusement les choses ne se passent pas toujours ainsi. Très souvent, les enfants conçus ne parviennent pas à voir le jour pour de multiples raisons. D’autres, qui parviennent à naître le font dans des conditions sociales de si grande pauvreté et dénuement que l’avenir qui les attend s’annonce très pénible parce que leurs parents ne peuvent pas leur offrir ce dont ils ont besoin et sont même parfois contraints à les abandonner. Face à une telle situation, il est impératif de susciter une plus grande conscience sociale ; tous doivent assumer leurs responsabilités pour permettre à ceux qui sont conçus de voir le jour et de se développer et mener une vie digne de ce nom. L’enfant de Bethléem qui, lui aussi, naquit dans des conditions difficiles, est solidaire de tous ces enfants. Il invite instamment leurs parents à les accueillir avec tendresse, comme l’ont fait Marie et Joseph. 

 

De nombreux enfants qui sont nés dans nos maternités sont atteints de diverse maladies ou infirmités. Il est indispensable d’être bien préparé pour savoir accueillir la vie dans de telles circonstances. Il faut savoir accompagner et soutenir les parents et leur offrir le meilleur appui médical, psychologique et spirituel possible. Ce sont eux, ainsi que les démunis dont je parlais dans le paragraphe précédent, qui sont les préférés du Seigneur pour qui leur vie constitue une source de joie. L’enfant de la crèche se fait solidaire de tous ces enfants et leurs parents parce que leur vie est précieuse pour toute l’humanité. Je tiens à remercier tous les membres de la Famille hospitalière qui accomplissent leur mission dans les services de maternité. Merci d’aider la vie à naître et cela, quelles que soient les circonstances. Merci d’en prendre soin, de l’accompagner et de soutenir les parents comme les enfants !

 

C’est Noël ! Nous célébrons la naissance d’un enfant, le Fils de Dieu qui nous apporte joie et espérance. Il nous insuffle une sève nouvelle qui renouvellera le monde et permettra que les choses changent afin de pouvoir ainsi surmonter nos souffrances, nos conflits et nos contradictions. C’est le moment de se réjouir pour tous ceux qui naissent, où que ce soit dans le monde. C’est le moment de rendre hommage aux mamans et aux papas qui, ouverts à la vie, accueillent avec une joie immense leurs enfants. C’est le moment de vivre la solidarité et de soutenir ceux qui traversent des épreuves, quelle qu’en soit la nature, car le Seigneur les aime tous et c’est pour eux tous que l’enfant de Bethléem ne cesse de naître.

 

Je vous souhaite à tous frères, collaborateurs, bénévoles, bienfaiteurs, amis de l’Ordre et personnes prises en charge dans nos œuvres et services ainsi qu’à vos proches, une sainte fête de Noël et une heureuse année 2017. Je tiens à exprimer ma spéciale gratitude à tous ceux qui seront au service des malades et des résidents de nos œuvres le jour de Noël. Vous serez ce jour-là, comme vous l’êtes toujours, un reflet vivant de l’hospitalité de saint Jean de Dieu.

Au nom de toute la Famille hospitalière de saint Jean de Dieu présente à la curie générale, frères et collaborateurs, je tiens à vous souhaiter une heureuse fête de Noël remplie de paix et d’espérance.

 

 

Frère Jesús Etayo

Supérieur général 

 

Salva questo testoSegnala ad un amicoStampaTorna alla pagina precedenteTorna alla home page