Solennité de La Bienheureuse Vierge Marie, patronne de L’Ordre Hospitalier

Lettre Circulaire du Père Général

     

Mes chers Frères, Collaborateurs etmembres de la Famille Hospitalière de Saint-Jean-de-Dieu

Le 16 novembre prochain,troisième samedi du mois, nous célébrons dans l’Ordre la solennité du Patronagede la Sainte Vierge Marie sur l’Ordre Hospitalier, Patronne de notre FamilleHospitalière de Saint-Jean-de-Dieu. C’est la raison pour laquelle je vousadresse tous mes vœux et je vous invite à la préparer avec dévotion et à lacélébrer avec beaucoup de joie.

Depuis l’époque de saint Jean deDieu jusqu’à nos jours, la Vierge Marie, latoute entière, a occupé une place centrale dans la vie de l’Ordre. Le tableaude Bramante qui accompagne cette lettre nous rappelle l’assistance et laprotection de Marie envers saint Jean de Dieu quand il était soldat à Fuenterrabía(Espagne).  Aujourd’hui nous continuonsde sentir la protection et le patronage de Notre Mère, que nous reconnaissonscomme Reine de l’Hospitalité. Ellecontinue d’accompagner notre Famille, en nous enseignant, par son exemple et saprésence, à pratiquer l’hospitalité et à la renouveler à chaque moment del’Histoire, comme le fit saint Jean de Dieu.

Le nouveau sexennat, comme leprécédent, souhaite être placé sous la protection de Notre-Dame du Patronage,afin qu’elle guide toute notre Famille Hospitalière de Saint-Jean-de-Dieu aucours des prochaines années et qu’en suivant les lignes d’action du ChapitreGénéral et les indications données par le Pape François dans son Message àl’Ordre, nous puissions répondre avec fidélité aux défis qui se présentent ànous, en rénovant l’hospitalité selon le style de saint Jean de Dieu.

La première semaine d’octobre,nous avons tenu à Rome l’Assemblée des Supérieurs Majeurs de l’Ordre, commenous le faisons chaque année. Le thème central que nous avons traité aété : prévention et protection des personnesvulnérables, dans la ligne des déclarations du dernier Chapitre Général. Ils’agit d’un thème difficile et triste pour les personnes qui sont vulnérableset victimes d’abus. C’est tout aussi triste pour ceux qui agressent et abusent,surtout quand cela se produit dans le cadre des institutions et des lieux oùl’on peut plutôt s’attendre à être protégé et choyé. Tout ceci est considérécomme une disgrâce dans tous les milieux sociaux et même dans l’Église et dansles Instituts de vie consacrée.

Au cours de cette Assemblée, nous avons également évoqué l’appel qui nousvient de la société et de l’Église pour le respect de la création, pour laterre, pour le milieu environnant. Le Pape François a écrit en 2015 l’encycliqueLaudato Si, dans laquelle il nous appelle à prendre soin de la terre, à traversce que le Pape appelle l’écologie intégrale,qui englobe clairement des dimensions humaines et sociales (Cf. 137). La crise écologique est un appel à uneprofonde conversion intérieure... Il y abesoin d’une conversion écologique, qui implique de vivre la vocation de protecteursde l’œuvre de Dieu, qui n’est ni optionnel ni un aspect secondaire de l’expériencechrétienne (Cf. 217). Cetengagement doit se faire au niveau personnel, au niveau communautaire, desŒuvres Apostoliques et, en définitive, de l’Ordre tout entier. Dans sesDéclarations, le dernier Chapitre Général nous invite à nous engager à encouragerle respect et la sauvegarde de la création. Le gouvernement général désirefavoriser cette sensibilité dans l’ensemble de l’Ordre.

 

Mes chers frères, il y a deux questionsd’une grande actualité qui invitent toute la Famille Hospitalière deSaint-Jean-de-Dieu à effectuer une lecture nouvelle et actuelle de l’hospitalité de saint Jean de Dieu. Notremission apostolique passe aujourd’hui par un appel et par un engagement sanséquivoque pour la sauvegarde de lacréation, à la lumière de l’encyclique Laudato Si et pour la sauvegarde, la prévention et la protectiondes personnes vulnérables, qui sont toutes celles que nous assistons dansnos Œuvres qui viennent à nous en cherchant l’accueil, la santé, la paix,l’amour, la miséricorde et la sécurité : l’hospitalité.

Considérer notre missiond’hospitalité à partir de ces deux appels, c’estla réaliser et l’actualiser, en répondant aux défis qui se présentent à nousaujourd’hui. Certes, ce n’est pas simple et cela implique une conversion,un changement et un engagement, en renonçant à des postures défensives et enaccordant une place centrale, comme le fit saint Jean de Dieu, aux personnesnécessiteuses, en particulier aux plus vulnérables, à celles qui sont victimesde mauvais traitements et de tout type de négligence ou d’abus, car celacontredit le cœur et l’être même de l’hospitalité que nous sommes appelés àvivre et à offrir. Nous devons insuffler une formation adéquate pour les Frèreset les Collaborateurs, ainsi qu’élaborer les politiques, les protocoles et lesprocessus nécessaires dans toutes les Provinces et dans tous les Centres là oùil n’en existe pas, pour sauvegarder la sécurité de toutes les personnes.

Sur ce chemin, nous nous sentonsaccompagnés par Notre Mère et Notre Dame du Patronage. Elle nous inspire dansnotre souci de toujours nous occuper de ses fils et nos frères les plusfragiles. Elle continuera à nous accompagner et à nous guider pour promouvoirun monde plus sain et sûr, plus accueillant et fraternel pour tous. Nous nousconfions toujours à elle. C’est en elle que nous trouverons la paix, l’amour etl’inspiration permanente pour poursuivre l’appel de son Fils, en reprenant lesparoles des Noces de Cana : faites toutce qu’il vous dira (cf. Jn 2, 1-11).   

Je souhaite à tous, en mon nom etau nom de toute la Famille Hospitalière de la Curie généralice, une joyeusecélébration de la solennité de Notre-Dame du Patronage. Je lui demande de bénirnotre Ordre, les malades et tous ceux qui forment la Famille Hospitalière deSaint-Jean-de-Dieu.

Je vous embrasse fraternellement

 

Frère Jesús Etayo

Supérieur Général

 

 

Copyright © 2020 Fatebenefratelli