Noël 2019

Lettre Circulaire du Père Général

     

« Elle le coucha dans une crèche, parce qu’ilsmanquaient de place dans la salle » (Luc 2, 7)

 

À tous les Membres de la Famille Hospitalière de Saint Jeande Dieu

 

Mes chersFrères, Collaborateurs, Volontaires et amis :

 

Noël approcheet je désire vous envoyer mes meilleurs vœux, en espérant que l’Enfant Dieunaisse dans nos cœurs et remplisse de paix et de joie la vie de chacun de vouset de vos familles, ainsi que de toutes les personnes qui  souffrent à cause de la maladie, de laviolence et de l’exclusion.

 

À Noël, nouscélébrons le mystère de l’Incarnation. Dieu ne nous abandonne pas à notre sortmais il se fait chair de notre chair. La caractéristique qui définit le mieuxDieu, c’est « qu’il nourrit dessentiments de miséricorde » pour son peuple (Cf. Luc 1, 78). Le sommet deson amour miséricordieux pour les hommes et les femmes se produit lorsqu’ildécide de s’incarner, de se solidariser avecles êtres humains.

 

Il le faitsous la forme la plus surprenante, en naissant pauvrement, en s’abaissant jusqu’à l’extrême, pour proclamer la dignité detoutes les personnes, bien au-delà de leur condition, de leur état et de leurscapacités. C’est ainsi que naquit Jésus, c’est ainsi que s’incarna le Seigneur,dans une crèche parce qu’ils manquaientde place dans la salle. C’est ainsi que s’humanise notre Dieu. Tout acommencé par un Enfant qui est né à Bethléem, le Fils de Dieu. C’est là que débordala joie de Marie et de Joseph, des bergers et des mages qui vinrent et quisuivirent l’étoile pour rencontrer le nouveau-né, couché dans une crèche.

 

Elle lecoucha dans une crèche ! Ils n’avaient pas de place dans la salle. Le Seigneurcontinue d’être solidaire en particulier de tous les enfants, qui naissent ànotre époque dans de difficiles conditions de pauvreté et de leurs mères quidonnent le jour à leurs enfants avec beaucoup de difficultés, sans aide niassistance, ainsi que de toutes celles qui souffrent pour pouvoir les élevercorrectement par manque de moyens ou à cause de maladies consécutives à l’accouchement.

 

Cette année,je voudrais parler brièvement de ces mères et de ces enfants pour lesquels leSeigneur naît en ce Noël et que nous sommes appelés à assister et à aider selonnotre charisme et notre mission d’hospitalité, comme nous le faisons déjà dansde nombreux endroits où l’Ordre est présent.

 

Il y a un peuplus d’un mois, j’ai eu la chance de visiter les Œuvres de l’Ordre au Malawi,aussi bien dans la capitale Lilongwe, crées plus récemment, qu’à Mzuzu, pourcélébrer les 25 ans de l’arrivée des Frères et Collaborateurs d’Irlande dans cebeau pays. La mission que nous y accomplissons est très vaste et belle :assistance pour la santé mentale et contre l’addiction, programmes pour lesenfants de la rue, pour les femmes en difficulté, pour les personnes âgées,mais aussi formation dans diverses spécialités en sciences de la santé, etc. Maisj’ai particulièrement été impressionné par le programme de santé mentalematernelle, afin d’accompagner les mères, avant et après l’accouchement, quiéprouvent des problèmes de santé mentale consécutifs, pour la plupart, au faitd’avoir donner le jour à une nouvelle vie ; ce qui, en certainesoccasions, comporte des souffrances pour ces mères et dont les conséquencespeuvent provoquer des souffrances pour les nouveau-nés.

 

Bon nombre demères souffrent de problèmes de dépression, d’anxiété, y compris de psychoses,dont les causes résident pour la plupart dans la pauvreté, la violence et lemanque d’aide familiale et sociale. C’est un problème sérieux, mais on peut letraiter et le surmonter avec une aide appropriée. Nos Services au Malawi ontmis au point un programme pour cela et, grâce à Dieu, avec son aide, grâce à laprévention par le biais de la formation et d’autres instruments, et avec untraitement adéquat, ils sont capables de rendre le sourire à beaucoup de mèresqui rencontrent de graves difficultés pour mener à bien leur grossesse et pourélever leurs enfants, pour les raisons que je viens d’exposer. Nous voulonsrendre hommage et accorder notre attention à ces mères et à toutes les mères dumonde qui vivent cette situation. C’est pour elle que naît l’Enfant Dieu, pourles faire sourire, pour leur donner la joie de la maternité et de leursenfants, comme le firent Joseph et Marie, malgré leur pauvreté, avec leurenfant couché dans une crèche.        

 

Merci à tousles membres de notre Famille au Malawi et dans toutes les parties du monde, quiréalisez votre mission en prenant soin et en aidant les mères en situationsdifficiles durant leur maternité, ainsi que leurs nouveau-nés, en lesaccompagnant et en leur apportant le soutien nécessaire !

 

C’est Noël ! LeSauveur est né par une nuit froide. Accueillons-le avec joie ! car lagrâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, s’est manifestée (Tite,2, 11). Vivons le temps de Noël avec l’espérance que la lumière de l’EnfantDieu illumine toutes les ténèbres que nous rencontrons dans notre monde. Unissons-nousau nouveau-né dans l’engagement en faveur de la dignité de tous les êtreshumains, spécialement les plus fragiles, grâce à l’hospitalité selon le stylede saint Jean de Dieu. De cette façon, comme l’a dit le Pape François auxFrères capitulaires le 1er février de cette année, nous serons les icônes des entraillesde la miséricorde de Dieu.

 

Je voussouhaite à tous, Frères, Collaborateurs, Volontaires, Bienfaiteurs et amis de l’Ordre,malades et assistés dans nos Centres, ainsi qu’à vos familles, d’heureusesfêtes de Noël et une nouvelle année 2020 prospère. À tous les Frères etCollaborateurs qui serez au service des personnes assistées dans nos Centresces jours-là, en particulier le Jour de Noël, j’adresse mes remerciementssincères et ma reconnaissance au nom de l’Ordre tout entier.

 

En mon nom eten celui de toute la Famille Hospitalière de Saint-Jean-de-Dieu de la Curiegénéralice, Frères et Collaborateurs, je souhaite à tous un Joyeux Noël remplide paix et de joie !

 

 

 

Frère JesúsEtayo

Supérieur Général



 

Copyright © 2020 Fatebenefratelli