Nous sommes des religieux consacrs l'hospitalit

Entretien de la USG avec le frre Jess Etayo, Suprieur gnral

   

Dans la situation que nous vivons cause de COVID, encollaborationavec M. RiccardoBenotti, chef de service de l'agence SIR (Service d'Information Religieuse) qui est le corpsd'information de la CEI (Confrence Episcopale Italienne), nous avonsenvoy quelquesquestions congrgationsles plus exposes etengages dans ledomaine de la sant. 


 

Voici les rponses defrre Jess Etayo aujourdhui : 

 

1. En quoi l'activit de l'Ordre dans le cadre des soins auxmalades a-t-elle chang? 

 

Depuis toujours, et plus encore lors dela prsente urgence, Fatebenefratelli est en premire ligne pour aider le systme sanitaire national rpondre aux besoins de santde lapopulation italienne et d'autres endroits dumonde. Ds que cette situationd'urgence s'est prsente, toutes nos structures se sont employesactivement, etcontinuent de le faire, rorganiser lesservices afin d'augmenter le nombre de lits disposition des patients Covid-19, et protger tous les autres patients du risque decontamination. Tout celasansrserve et dansun esprit de solidarit et d'hospitalit, ense souciant avant tout de ceux que nous accueillons. Il ne s'agit pas uniquement des hpitaux qui sont enpremire ligne (Sacra Famiglia Erba et San Pietro Rome qui ontsoign un bon nombre de patients positifs au Covid-19), mais aussi des structuresrsidentielles et des centres de rducation (rien qu'en Lombardie nous accueillons plusde 1000 patients psychiatriques). Oblig de faire de ncessiter vertu, notre Ordre a ragi, en Italie et dansle monde entier, en dveloppant les capacits organisationnelles ncessairespour faire face cette pandmie :

 

   nous veillons doter tous les membres du personnel, tous nos patients et toutes les personnes que nous accueillons des dispositifsde protection individuellencessaires, dansun contexte de pnuriede ce matriel sur le march;

   afin de mieux coordonner les initiatives adoptes dans les diffrentes structures,

une unitde crise provinciale a t mise en placedans chaque Provincereligieuse et parfoisdanschaque centre ; celle-ci se runit quasiment tous les jours pendant l'urgence, enmode virtuel, c'est--direpar visioconfrences;

   l'organisation de runions par voie tlmatique est devenue une pratique d'usage

afin de rduireles dplacements etles contacts entre les membres de notrepersonnel ;

   pour rpondre aux urgences pidmiques, des procdures ont t labores qui

resterontun patrimoine de connaissancesdes Provinces ;

    nous avons d, malgr nous, rapprendre tre un Ordre mendiant , en dveloppant nos capacits de collecte de fonds afin de faire face l'augmentation

des cots que cette urgence acomporte ;

   depuis des annes, l'Ordre met en place dans chaque centre un service d'attentionspirituelle et religieusepour les personnes accueillies et les collaborateurs.

 

Au cours de ces mois de pandmie, ce service, assur par des lacs, des religieux et des prtres, en accord avec ce que la Confrence piscopale italienne a suggr, a essayd'accompagner les malades par une prsence constante, l o ilestpossible, en offrant aux collaborateurs les sacrements et un soutienspirituel et psychologique.

 

 

2. Combien de patients atteints du Covid-19 sont passs par vosstructures ? 

 

En Italie,jusqu' aujourd'hui, nous avons accueilli dans nos structures, dans diffrentesconditions, 440 patients positifsau Covid-19. 

 

En Espagne, les patients positifs au Covid-19 taient environ 1500, et nous en avons accueilli un bon nombre aussi dans d'autres pays d'Europe, comme l'Allemagne, laFrance, l'Autriche,le Portugal, la Hongrieet d'autres. 

 

Dans d'autrescontinents comme l'Amrique, l'Asieet l'Afrique, lescas sont jusqu'prsent peu nombreux,mais nous en avons eu quelques-uns.

 

3. Vos religieux qui ont dispenslessoins aux malades ont-ils t atteints ? 


Parmi les religieux en Italie,nous avons eu un seul cas positif : un frre g quenous avons d hospitaliser. Des religieuses qui s'occupent des malades ont aussi t atteintes.Ils sont tous en phase degurison. 

 

Dans l'Ordre, nous avons eu jusqu' prsent 45confrres positifs. La plupart d'entre eux sont gurisou sont en phase de gurison, mais malheureusement 5 confrres gssont dcds, 4 en Espagne et 1 en France. 

 

Quant nos collaborateurs, environ 500 taient positifs au virus. Ils sont tous guris,saufdeux qui sont dcds,un en Italie, l'autreen Colombie. 

 

4. Quelle attention avez-vous eue l'gard dupersonnel mdical et infirmier ? 

 

Nous avons essay partous les moyens de faire sentir notre personnella proximit de la Famille religieuse, en les soutenant dans la mesure du possible dans leurs exigences quotidiennes.Dans une phasehistorique o nos employs attendent le renouvellement de leur contrat de travail national, certaines Provinces, notamment en Italie, prparent une srie de propositionsvisant alimenter la confiance et assurer le revenu deleurs familles ; des initiatives qui seront prsentes aux organisations syndicales dans lessemaines venir. Nous avons mis disposition, travers notre Centre pastoral provincial,un service pour accueillir leurs demandes, leurs besoins et les aider surmonterles moments difficiles. 

 

d'autres endroits du monde o les besoins sont plus grands, nous dispensonsaux membres de notreFamille (personnel et bnvoles) une aide alimentaire ou tout autrebien de premire ncessit, afin qu'ils puissent subvenir aux besoins de leur proprefamille. 

 

5. Que signifietre un religieux vou soigner la sant despersonnes quand on se trouve face unetelle pandmie ? 

 

Cette pandmie a fortement secou notre vie religieuse. Nous nous sommes interrogs plusieurs reprisessurcomment tre prsents auxcts des malades et de noscollaborateurs. 

 

Ce qui en est ressorti avec plus de force encore, c'est que nous sommes des religieuxconsacrs l'hospitalit. Or, cause de l'geou de la maladie, nous n'avons pas touseu la possibilit d'tre aux cts des maladespour leur offrir quelque service,mais nous avons t tous trs attentifs ce qui se passe dans les structures que nous grons, avec proximit et vigilance, et en proposant nos ides pour faire face l'pidmie. Certainsd'entre nous ont particip personnellement l'organisation decette urgence, d'autres frres l'ont fait par des services directs aux personnes. Je signale notamment la jeune communaut du noviciat qui a continu et continue d'offrir un service aux personnes marginalises, sans demeure fixe ou immigres dans un centre que nous avons Brescia (Italie).

 

 

Copyright © 2020 Fatebenefratelli