Solennité de La Bienheureuse Vierge Marie, patronne de L’Ordre Hospitalier

Lettre Circulaire du Père Général

 


Mes chers frères, collaborateurset membres de la Famille hospitalière de Saint-Jean-de-Dieu


Le 19 novembre prochain,troisième samedi de ce mois, nous célébrerons la solennité du Patronage de la ViergeMarie sur l’Ordre hospitalier, Patronne de notre Famille hospitalière deSaint-Jean-de-Dieu. À cette occasion, je désire vous envoyer mes meilleurs vœuxet vous inviter à la célébrer dans la joie.


C’est dans les mains et dans lecœur de la Vierge Marie, si souvent mentionnés dans ses lettres, ainsi que parson biographe Francisco de Castro, que saint Jean de Dieu plaçait sa vie, sesprojets et ses difficultés, ses pauvres et ses malades et, en définitive, toutce qui lui arrivait et tout ce qu’il vivait. Elle était sa mère et saprotectrice, son garant. Souvenons-nous de deux moments importants de sa vie oùil vécut une expérience très spéciale avec la Vierge : durant sa visite àGuadalupe et au moment de sa mort. « Il alla là-bas (à Guadalupe) pourrendre visite à la Vierge, Notre Dame, et la remercier pour les aides et lesgrâces passées, et pour lui demander de nouveaux secours pour la nouvelle viequ’il pensait mener ; car il disait qu’il avait toujours senti sesmanifestations dans toutes ses œuvres et ses besoins » (Castro, X).Et puis, selon la tradition, les paroles de Marie adressées à l’apôtre Jean,sur le lit de mort du saint : « Aujourd’hui,Jean, mon fils, je n’abandonne pas mes dévots ; et tout comme j’accomplis cettepromesse, je t’assure que je n’abandonnerai jamais les pauvres qui sontrecueillis dans ton hôpital et que je veillerai sur tous tes fils qui suivrontton mode de vie » (Rev. La Caridad, 59, 1945, p. 477).


Cette tradition qui naît avecnotre Fondateur fait partie de la spiritualité la plus profonde de notre Ordre jusqu’ànos jours. Nous pourrions raconter de nombreux récits, moments et expériencesadvenus tout au long de l’histoire sur la présence de la Très Sainte ViergeMarie dans la vie de l’Ordre, comme Reine et Mère de l’hospitalité.


Elle dut être très présente dansles tout premiers temps de la vie de notre Institut et des premiers disciplesde saint Jean de Dieu, quand ils obtinrent du Pape saint Pie V la Bulle Licetex debito, le 1erjanvier 1572, dont nous célébrons cette année le 450ème anniversairede la promulgation, et par là même une année jubilaire dans l’ensemble del’Ordre.


Nous connaissons les événementshistoriques qui conduisirent à cette Bulle, mais il est surtout essentiel dereconnaître et de célébrer la force charismatique et le témoignaged’hospitalité que donnèrent les Frères en ce temps-là. La reconnaissance parles habitants de Grenade et par d’autres nombreux témoins de la vie donnéecorps et âme aux pauvres, aux malades et aux nécessiteux, comme le fit saintJean de Dieu, conduisit saint Pie V à reconnaître la Fraternité deSaint-Jean-de-Dieu dans l’Église, ouvrant ainsi un futur pour ce groupe. Celasignifia une bouffée d’air frais d’amour composé d’hospitalité et de charité dansl'Église, en surmontant les difficultés qui, en ces premiers temps, mettaienten danger le développement et l’avenir de cette nouvelle institution.


Il ne fait aucun doute que,durant tout ce processus, l’invocation et la réponse aimante de la Mère del’Hospitalité ne firent pas défaut, en accompagnant, en guidant et en aidantles Frères à cette époque. Combien de fois allait se répéter la scène duCénacle, où Marie priait avec les disciples de Jésus (cf. Actes 1, 14) ! Dans ce cas, c’étaient les Frères quiinvoquaient la présence de la Mère et lui confiaient leurs préoccupations etleurs inquiétudes, qui furent entendues et présentées au Seigneur, aboutissantà la Bulle que nous célébrons cette année dans tout l’Ordre. L’exemple et le témoignaged’hospitalité de ces premiers Frères sont pour nous un appel à vivrel’hospitalité avec la même force charismatique que celle qui les anima, saintJean de Dieu et eux tous.


Le temps passe vite et il nemanque plus que deux ans avant la fin du sexennat. Nous commençons donc àpréparer le prochain Chapitre Général de l’Ordre. Cette période est trèsparticulière, d’abord en raison de la pandémie, puis à cause de la guerre enUkraine (et d’autres qui se perpétuent et dont on ne parle pas beaucoup) et dela crise qui découle de cette guerre. Le Chapitre Général constituera un momenttrès important pour la vie de l’Ordre, qui présente de nombreux défis àaffronter. Peu à peu, nous vous informerons de certains détails concernant sapréparation, et dès à présent je vous invite à participer selon les formes quiseront indiquées.


S’agissant d’un événement siimportant, je désire d’ores et déjà le remettre entre les mains de Notre-Damedu Patronage, Mère de l’Hospitalité. Selon la tradition de l’Ordre, je luidemande de nous guider et de nous accompagner tout au long du processus de sapréparation, puis de sa réalisation. Qu’elle intercède pour nous, afin que leseigneur éclaire toute la Famille hospitalière, de façon à ce que le prochainChapitre Général réponde aux nécessités et aux exigences que l’Esprit nousdemande au service des malades, des pauvres et des nécessiteux de notre mondeactuel. Je vous invite tous, au niveau personnel et au niveau communautaire, àprésenter cette intention et cette inquiétude à notre Mère, comme le fittoujours saint Jean de Dieu et comme le firent nos premiers Frères, il y a 450ans. 


Je souhaite à tous, en mon nom etau nom de la Curie généralice, une joyeuse célébration de la solennité deNotre-Dame du Patronage et je lui demande de bénir notre cher Ordre et tousceux qui composent la Famille hospitalière de Saint-Jean-de-Dieu.


Avec mes sentiments fraternels, 

 

Frère JesúsEtayo

Supérieur Général 

 

Copyright © 2023 Fatebenefratelli