Bienheureux Josè Olallo Valdes

Hospitalité en terre cubaine

 

« Les Saints aident tous les fidèles “ à chercher la sainteté et la perfection propres à leur état ”. Leur vie est une preuve concrète qu’il est possible de vivre l’Évangile », écrit le Pape François dans sa récente Lettre apostolique Patris corde, qui fait mémoire de saint Joseph. Cette affirmation est confirmée par la vie et par l’œuvre du bienheureux Josè Olallo Valdes (dont nous célébrons la mémoire le 12 février). Notre Confrère, en suivant, dès l’adolescence, l’exemple de saint Jean de Dieu et en accueillant son charisme, a pleinement réalisé sa vie “ seulement ” en vivant l’Évangile. Son existence, qui débuta par un refus puisqu’il fut abandonné par sa mère, est devenue accueil et service envers tous, dans le Cuba du XIXème siècle, une terre marquée par la pauvreté, les épidémies, la persécution, les luttes et les guerres civiles. Pendant de longues années, seul religieux sur cette île des Caraïbes, il vécut et exerça son service à l’hôpital de Camangüey. Pour tous, il était “ père Olallo ”, ce qui confirme que dans son assistance et dans ses soins aux malades et aux nécessiteux, en défendant leurs droits et ceux de ses concitoyens, il manifestait un vrai cœur de père qui accueille tout le monde et assiste, soigne et veille, protège et encourage, avec humilité, dévouement et discrétion. Et tout cela même pour ceux qui étaient considérés comme des ennemis (rebelles et révolutionnaires). Sa charité créative et entreprenante, audacieuse et courageuse est un témoignage de la miséricorde de Dieu et un stimulant pour pratiquer aujourd’hui le charisme de l’Hospitalité qui, s’inspirant toujours de l’Évangile, apporte des réponses concrètes et efficaces aux multiples besoins humains, spirituels et religieux des personnes.

Apri Affiche
Spaziatore
 

Salva questo testoSegnala ad un amicoStampaTorna alla pagina precedenteTorna alla home page